Lithium

A la lecture de l’article princeps publié dans PNAS (Proceeding of the National Academy of Science de février 2008, une attention particulière semble à accorder au lithium, oligo-élément connu de longue date pour ses propriétés et ses caractéristiques.

On sait que :

  • il est neuroprotecteur
  • il est utilisé dans la maladie bipolaire, nouvelle terminologie de la maladie maniaco-dépressive
  • sa toxicité est connue
  • sa place dans la classification de Mendeléev explique sa compétitivité avec le sodium et implique une surveillance au niveau de son taux sanguin ainsi que des fonctions cardiaque et rénale.


Les travaux italiens de l’équipe du Pr Fornai de Pise connus depuis novembre 2007 montraient, chez 44 malades répartis en 2 groupes, l’un recevant Rilutek et lithium et l’autre Rilutek seul, un net effet positif sur la survie et la diminution de la progression du handicap dans le groupe lithium.
Ces travaux demandent à être confortés sur une plus grande échelle.
La manipulation de ces médicaments à base de lithium dans la maladie bipolaire est bien connue des cliniciens.

Cette pratique est-elle applicable chez le malade SLA ?
Les effets secondaires de ce médicament sont connus dans son indication princeps la maladie bipolaire (voir monographie *Teralithe du dictionnaire Vidal" ).

Votre neurologue, s’il vous propose ce traitement, organisera une surveillance précise de la concentration en lithium dans votre sang.

  • Il surveillera vos fonctions rénale et cardiaque.
  • Il s’assurera de la compatibilité de votre traitement avec le lithium.